Brexit : confrontation au sommet entre Cameron et le maire de Londres

Le maire de Londres Boris Johnson brave David Cameron en prêchant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Après avoir entretenu un long suspense, le maire de la capitale britannique, Boris Johnson, a expliqué ce dimanche après-midi qu’il veut conduire la campagne pour le Brexit («British exit», sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne), face à son compagnon à Eton et Oxford, le premier ministre David Cameron.

Son charisme et sa réputation utilisés pour le camp du «out» pourraient changer la confrontation. En attendant, les sondages contraires se succèdent: après l’avantage au Brexit accordé par TNS vendredi, le blocage prenait la tête avec un avantage de 15 points dimanche, d’après l’institut Survation. «Les chances d’un Brexit ont évolué abondamment avec l’annonce faite par Boris Johnson», juge l’ex ministre de l’Europe travailliste, Denis MacShane, qui a écrit un livre sur le Brexit. Avec «un grand chagrin», l’adversaire de David Cameron a privilégié son euroscepticisme héréditaire. Un calcul politique habilement jaugé et si le pays sort de l’Europe, il succédera à un Cameron désapprouvé.

«Sortir de l’Europe représente une menace pour notre sécurité et notre prospérité» David Cameron

Boris Johnson a indiqué dimanche qu’il voulait «un meilleur accord» pour les Britanniques pour « économiser de l’argent et reprendre le contrôle». «Je souhaitais une nouvelle relation reposant plus sur le commerce et moins de contenu international», a-t-il indiqué devant les nombreux journalistes présents à son domicile de Londres.

«L’ultime chose que je voulais était de faire face à David Cameron ou le gouvernement, mais après beaucoup difficultés, je ne crois pas que je puisse faire les choses différemment», a indiqué le maire de Londres ».

Lignes politiques brouillées

Le premier ministre a admis malgré lui la règle du jeu, allégé de voir les personnes importantes du cabinet, comme George Osborne (Finances) et Theresa May (Intérieur), qui s’est abstenue.